Actualités

Rentrée 2017
Rentrée 2017
>> Lire la suite
Portes ouvertes
Portes ouvertes
>> Lire la suite
Les dates de la prochaine rentrée
Les dates de la prochaine rentrée
>> Lire la suite
Toutes les actualités

Qui sommes-nous ?

En savoir plus
Le CREO est certifié ISO 9001
Menu

Les principes de base

L’ostéopathie neuro-tissulaire part du principe que les tensions caspulo-ligamentaires et les contractures musculaires, responsables des restrictions de mobilité ostéopathiques, sont auto-entretenues par des arcs réflexes perturbés. Elle a pour objectif de rétablir le bon fonctionnement de ces arcs réflexes en s’adressant directement aux neurorécepteurs concernés.

 

Chaque lésion ostéopathique met en jeu des désordres neuro-musculaires spécifiques qui vont nécessiter des modes correctifs distincts selon la dysfonction réflexe et la localisation des neurorécepteurs impliqués (informations intéroceptives, extéroceptives et proprioceptives).

En ostéopathie neuro-tissulaire, la localisation des dysfonctions à traiter s’effectue par la mise en évidence de points de tensions spécifiques,  que l’on retrouve directement en regard des neurorécepteurs à stimuler. Leur détection permet, en explorant l’état de tension et la motilité des tissus à différents niveaux de profondeur, de préciser le diagnostic et de déclencher le mode correctif adapté.  

Les points de tension localisent et définissent les corrections à effectuer. On les retrouve uniquement en regard des lésions primaires qu’elles soient ostéo-articulaires, myo-fasciales ou viscérales. L’application de pressions à leur niveau contribue à déclencher les réflexes correcteurs appropriés en fonction du nombre de points concernés et de leur emplacement.

Selon le type de dysfonction neuro-musculaire en jeu, différents processus correctifs sont mis en place. Ils s’appliquent à la fois aux os, aux muscles, aux organes et aux axes vasculo-nerveux.